Breaking the silence on gender-based violence in Mali

Adama Sanogo is Program Officer at Family Care International in Mali, working at the national office in Bamako and supervising FCI’s programs in Mopti. Adama authored a post on gender-based violence last year. 

Lire la version française ci-dessous.

Samira [not her real name], a married Burkinabe woman, took a vacation to Mali to visit her sister. One evening, they attended the Balani Show, a cultural festival of traditional music and dance, in Mopti. Samira’s sister decided to go home early, but Samira opted to stay out a little later. Later that evening, Samira walked back to her sister’s house alone when a group of young men—residents in her sister’s neighborhood—attacked and gang-raped her. The next morning, Samira contacted Family Care International for care and took her case to the police. Her attackers and their families immediately began to pressure her to drop the case. As the social intimidation mounted, even Samira’s own sister, afraid of conflict with her neighbors, advised Samira to stop pursuing the case. Despite encouragement from social workers and legal counsel provided by Family Care International (FCI), Samira eventually abandoned the case against her rapists. Although Samira wasn’t able to pursue justice, she found support, and allies, at FCI.

Since 2012, Mali has endured drought, armed rebellion, and a political coup and French military intervention, all of which have undermined the country’s stability and security and left a population especially vulnerable to gender-based violence (GBV). GBV is a glaring indicator of persistent inequality between men and women and represents a breach of fundamental rights to life, liberty, security, dignity, non-discrimination and physical and mental integrity. GBV exists in all forms but the most severe and common include: rape, sexual assault, assault physical, forced marriage, denial of resources/opportunities/services, and psychological/emotional violence. Responding to and preventing GBV requires the prioritization of the survivors’ best interests and strict compliance with four guiding principles: security, respect, confidentiality and non-discrimination.

FCI-Mali is committed to ensuring women and children who have suffered GBV have access to medical care, psychological support, and legal counsel. In Mopti and the surrounding villages, we have formed protection teams–consisting of village and community leaders and often, an FCI-trained ‘youth leader’–to identify women and children survivors of GBV. These protection teams refer survivors to FCI for medical or psychological support and educate communities about GBV in order to prevent further violence against women and children. Sometimes, GBV survivors seek out FCI without a referral, because of our reputation as a safe place. FCI is also working with the Malian government through the Regional Directorate for the Promotion of Women, Children and Family Mopti (DRPFEF) to create the Women’s House of Mopti, in which women survivors have access to social workers and psychological counseling. The social workers also organize activities for children and coordinate theater company performances. This center primarily serves to strengthen the resilience of GBV survivors.

FCI-Mali works with communities to prevent GBV and provide support to survivors. (Pictured: Participant in a Bamako-based program that educates youth on GBV prevention. Photo credit: Catherine Lalonde)

FCI also hosts a radio program to broadcast information about GBV, and our efforts to deal with it, to an even wider audience. Due to limited airtime, we only have a few minutes to explain that GBV exists and that it is a violation of human rights and the rights of women. We encourage survivors of GBV to break their silence, take back their bodies and rights, and request care–even anonymously–from FCI.

Unfortunately, in Mali, social attitudes tend to direct shame and blame on the victims of rape and sexual violence, deterring many GBV survivors from pursuing justice in court. Although we recommend that survivors fill out an incident report, the first step towards holding the aggressor responsible, many women decline. Of the most severe rape cases that I have seen in Mopti (on which FCI has assisted), only eight victims have chosen to pursue the case with the police. If a survivor decides to complete a police report and it arrives in the courts, the parents, the family, and the relatives of the accused–and sometimes of the accuser–will create social pressure to dissuade the accuser from seeing the case through. In one case, a 10-year-old girl suffered a brutal rape, but her parents decided not to pursue the case. They wanted to protect their daughter from further shame and social abuse she might endure if her identity as a rape victim became public.

At FCI, we are working to change traditional societal ideas about rape and sexual violence which stigmatize women victims, because these attitudes make it nearly impossible for us to prevent women from suffering. For instance, aggressors in Mali don’t fear the state justice system because they know that victims rarely persist in bringing charges through court. Therefore, we adapt our GBV strategy to our particular cultural setting. We focus on changing social and cultural ideas around gender-based violence through education and awareness training. We are one of the few organizations in Mali undertaking this type of community education and awareness work through radio programs, protection teams and myriad other peer education programs in order to catalyze holistic change in the communities in which we work.

We hope our work will lead to a Mali that does not disparage survivors of GBV, diminish women’s rights, or tolerate social, economic, or emotional violence toward women. It is challenging, arduous work, but we believe that with our current strategies–with every peer education program, with every education workshop, with every radio program–we are changing the cultural and social expectations in Mali for the better.

——-

Briser le silence sur la violence basée sur le genre au Mali

Adama Sanogo est agent de programme à Family Care International au Mali qui travaille au bureau national à Bamako et supervise des programmes de FCI à Mopti, une ville sur le fleuve Niger à plus de 8 heures de route au nord. Adama a écrit un autre témoignage sur le travail de FCI au Mali en matière de violence basée sur le genre l’année dernière.

Samira, une Burkinabée mariée, a pris des vacances au Mali pour visiter sa sœur. Un soir, elles ont assisté à une soirée culturelle de masse (appelé « BALANI SHOW ») à Mopti ou elles ont passé la soirée à écouter de la musique et à danser. La sœur de Samira a décidé de rentrer à la maison tôt, mais Samira a choisi de rester un peu plus tard. Plus tard ce soir, Samira se dirigea toute seule vers la maison de sa sœur quand un groupe de jeunes -résidents du même quartier que sa sœur – l’ont attaquée et l’ont violée. Le lendemain matin, Samira a pris contact avec Family Care International pour les soins médicaux et psychosociaux et a aussi porté l’affaire à la police. Après être allée à la police, ses agresseurs et leurs familles ont immédiatement commencé à faire pression sur elle d’abandonner l’affaire. Vu que la pression sociale devenait forte, même la sœur de Samira craignait sa relation sociale avec ses voisins, finit a conseillé Samira d’abandonner l’affaire. Malgré les encouragements de l’assistante sociale de FCI et du conseiller juridique, Samira a finalement décidé d’abandonner l’affaire contre ses violeurs présumés. Bien que Samira ne était pas en mesure de poursuivre la justice, elle a trouvé soutien et alliés, au Family Care International.

Depuis 2012, le Mali a subi la sécheresse, une rébellion armée et un coup d’Etat politique, qui sont entre autres des facteurs qui ont compromis la stabilité et la sécurité du pays et a laissé une population particulièrement vulnérable à la violence basée sur le genre (VBG). La VBG est un indicateur flagrant de l’inégalité persistante entre les hommes et les femmes à cause des considérations sociales et représente une violation des droits fondamentaux à la vie, une atteinte à la liberté, et à l’intégrité physique et mentale. La VBG existe dans toutes les formes, mais selon la classification universelle de l’outil GBVIMS du Comité de Pilotage en matière de VBG, on retient les six types suivants en fonction de la gravité : le viol, l’agression sexuelle, l’agression physique, le mariage forcé, le déni de ressources/d’opportunités/ou de services et la violence psychologique/émotionnelle. Travailler pour la réponse et la prévention des VBG nécessite le respect strict des 4 principes directeurs à savoir, la sécurité, le respect, la confidentialité et la non-discrimination. Cette intervention doit être centrée sur l’intérêt supérieur des survivants(es).

FCI-Mali s’engage à assurer que les femmes et les enfants qui ont souffert de la VBG aient accès aux soins médicaux, au soutien psychologique et aux conseils juridique. Dans la commune de Mopti et des communes environnantes couvrant plusieurs quartiers et villages, nous avons formé des équipes de protection – composés des chefs de village, de leaders femmes au sein des communautés et souvent de jeunes leaders – qui font l’identification des femmes et enfants ayant subit des VBG pour leur référencement afin de bénéficier d’une prise en charge. Ces équipes de protection réfèrent les survivantes vers les assistantes psychosociale et la psychologue de FCI pour le soutien psychologique et médical – Ces équipes de protection font également la sensibilisation des communautés sur les VBG, afin de prévenir de nouvelles violences contre les femmes et les enfants. Parfois, les survivantes de VBG s’adressent à FCI directement sans référencement, grâce à notre réputation comme un lieu sûr.

FCI-Mali travaille avec les communautés pour prévenir la VBG et apporter un soutien aux survivantes de VBG. Crédit photo: Catherine Lalonde
FCI-Mali travaille avec les communautés pour prévenir la VBG et apporter un soutien aux survivantes. (Photo: Participant à un programme basé à Bamako qui éduque les jeunes sur la prévention VBG. Crédit photo: Catherine Lalonde)

FCI travaille également avec les radios pour la diffusion des messages de prévention des VBG et de la séparation familiale mais aussi pour des messages d’orientation des survivants sur la prise en charge holistique. Cette collaboration avec les radios du cercle de Mopti et la radio régionale a pour but d’atteindre un plus grand public. Ces émissions radio permettent d’encourager les survivants(es) à aller vers les services de prise en charge et renforcer la prévention des cas de VBG au sein des communautés.Nous encourageons les victimes de VBG à briser le silence, à renforcer leur résilience, reprendre la vie normalement et avoir accès à leurs droits, et de demander des soins-même de façon anonyme-de FCI.

Pour faciliter ce travaille, FCI collabore avec le Gouvernement malien à travers la Direction Régionale de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille de Mopti, (DRPFEF) pour animer un espace filles/femmes à la Maison de la Femme de Mopti, dans le quel une psychologue met son service à la disposition des femmes surtout les survivantes, une animatrice sociale assure la mise en œuvre des activités ludiques à l’intention des enfants, coordonne la prestation d’une troupe de théâtre forum. Ce centre permet surtout aux survivantes de VBG de renforcer leur résilience.

Malheureusement, au Mali, les attitudes sociales, les croyances, etc. ont tendance à renforcer le sentiment de honte chez les survivantes de VBG, surtout le cas de viol ou autres violences sexuelles et amener la communauté à blâmer ces victimes, un fait qui démotive, décourage de nombreuses survivantes de GBV à poursuivre les auteurs présumés à la justice ou au tribunal. Bien que nous informons les survivantes et les oriente pour les plaintes à la police et la poursuite judiciaire, la première étape pour responsabiliser l’agresseur présumé, de nombreuses femmes refusent de faire ces plaintes et poursuite judiciaire. Des cas de viol les plus graves que j’ai vu à Mopti (sur lequel FCI a aidé), seulement huit victimes ont choisi de poursuivre l’affaire à la justice. Si une survivante décide de porter l’affaire à la police et engager la poursuite judiciaire dès que l’affaire arrive dans les tribunaux, les parents, la famille et les parents de l’accusé – et parfois de l’accusateur – vont exercer une pression sociale pour dissuader la survivante (la plaignante) au maintien du processus juridique, voir à abandonner l’affaire. Un autre exemple du cas d’une fille de 10 ans qui a subi un viol brutal, mais ses parents ont décidé de ne pas poursuivre l’affaire. Ils voulaient protéger leur fille des regards sociaux à cause de la honte et d’abus social qu’elle pourrait subir si elle a été publiquement identifiée comme une victime de viol.

A FCI, nous travaillons avec la communauté à la base pour changer des perceptions sociales, les idées traditionnelles de la société par rapport au viol et d’autres violences sexuelles qui mettent la vie de la femme et des enfants en danger, qui contribuent à développer le sentiment de honte chez les victimes. Nous travaillons pour changer les comportements et attitudes de la communauté qui blâment les femmes qui sont victimes, parce que ces attitudes rendent presque impossible nos efforts d’empêcher les femmes victimes de souffrir. Par conséquent, nous adaptons notre stratégie de lutte contre la VBG à notre contexte culturel particulier. Au Mali les agresseurs ne craignent pas le système judiciaire de l’Etat parce qu’ils savent que les victimes maintiennent rarement leur plainte au niveau des tribunaux. Donc, ici au Mali nous nous concentrons d’abord sur l’information surtout la communication pour un changement de comportements et des idées sociales et culturelles autour de la VBG à travers l’éducation, la formation et la sensibilisation. C’est pourquoi les programmes de radio de FCI, les équipes de protection au niveau communautaire pour le dialogue social et nos autres programmes d’éducation sont en fait plus importants et pérenne pour mieux lutter contre les VBG.Nous sommes l’une des rares organisations au Mali qui entreprennent une stratégie ciblant la communauté à la base pour qu’elle soit au centre de l’intervention, en mettant l’accent sur la pérennisation de nos actions tout en apportant une réponse efficace à la situation en vue. Ce type de stratégie d’enseignement de la communauté et de sensibilisation à travers des programmes de radio, les équipes de protection et d’autres programmes d’éducation variés favorise la prévention des VBG mais aussi la réponse pour une prise en charge holistique. Nous espérons que ces activités permettront pour le Mali d’être un pays qui ne supporte ni la stigmatisation de victimes de la VBG ni les comportements et attitudes entravant les droits des femmes. C’est un engagement difficile à relever qui demande beaucoup de travail dur, mais avec les stratégies que nous développons pour nos projets et programmes, nous sommes sûr d’être en train de contribuer favorablement pour le changement de comportement social, culturelle au Mali pour le bonheur de tous.

 

Please follow and like us:
Website
RSS
Twitter
Visit Us
Facebook

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *